(Trop) Jeune maman

27 janvier



bree.jpgJe suis devenue maman à presque 18 ans... A 17 ans et onze douzième. C'était bien trop tôt, pas prévu, mais quand on m'a mis cette crevette dans les bras, ça a été instinctif. Déjà quand je le sentais bouger, je savais que ce serait dur, mais que je me devais d'y arriver. Trop tard de toute façon. La faute à mes hormones.
Je l'ai trouvé magnifique mon bébé alors qu'on ne l'avait même pas encore bien lavé. Tu vois, c'est ça l'amour.
La vérité est toute autre lectrice unique : l'enfant était blanc comme un linge, des lèvres rouge comme une tomate, et un peu fripé aussi. Il n'était pas beau du tout jusqu'à ce qu'on me le lave un peu. Mais tous mes sens de maman m'affirmaient le contraire. Aujourd'hui, je me dis que c'est miraculeux d'être mère : parce que rien au monde ne me fera toucher un truc blanc, collant et visqueux si ce n'est pas mon enfant ! Quand tu es mère, même le caca de ton bébé, ça te fout les larmes aux yeux. Plus ils grandissent, et plus ça passe, je te rassure.

Le gros inconvénient d'avoir un enfant à cet âge, c'est que dès mon séjour à la maternité, tout le monde a voulu me donner des leçons. Comment BIEN faire. Comment BIEN "s'en occuper". Parce qu'à 17 ans et onze douzième, tu n'as pas de cerveau, tu n'es qu'une marie-couche-toi-là qui s'est fait engrossée par erreur.
Alors on te montre TOUT, on veut t'apprendre TOUT. Et si tu fais mal, on te culpabilise.

Mon Grand était un peu froid, on l'a donc mis dans une couveuse pendant deux heures. J'admire les mamans dont les bébés sont en néonat', elles sont d'une patience ! Pas moi. Moi j'ouvrais le petit hublot toutes les cinq minutes pour le toucher : son petit pied, sa menotte, cette peau si blanche...
L'une des puéricultrices, Mme Je-sais-tout m'engueulait à chaque fois :

Elle : Mais enfin, si vous ouvrez tout le temps sa température ne va pas remonter ! La grande boite en verre, ça sert à le réchauffer, à maintenir une température constante....enfin, la même température tout le temps quoi !
Moi : Je sais parfaitement ce que signifie le mot constante, vous pouvez me parler comme à une adulte même si je ne le suis pas. Merci. J'aimerais qu'on appelle le pédiatre pour mettre mon bébé sur moi en peau à peau s'il vous plait. Oui, je sais aussi ce qu'est le peau à peau. Je sais même lire et écrire.
La morue dame est repartie offusquée. Sa remarque était justifiée : si je n'arrêtais pas d'ouvrir ce truc tout le temps, mon bébé n'allait jamais se réchauffer. Son ton, lui, n'était pas du tout justifié. Elle savait être mielleuse avec les mamans "normales".

Même combat pour les soins, on ne voulait pas me laisser faire. Manque de pot pour eux, j'avais appris à ouvrir ma gueule à me faire entendre. Pour l'instant.

Pendant les visites, ils furent nombreux à me dire de le laisser un peu ce bébé de quelques jours. Sinon j'allais en faire un enfant gâté pourri et, je cite "habitué aux bras". Il faudrait dire à ces bien pensants qu'un bébé de moins de trois mois ne fait pas de CAPRICES. Il a besoin des bras de sa mère. Il en aura TOUJOURS besoin.

En sortant de la maternité avec mon père, j'ai pris la décision d'être parfaite. Personne ne pourraitme reprocher quoi que ce soit. Je serai la reine du sérum phy' (prononce séromfi, s'il te plaît), de la couche Pampers. Un bobo ? Pas de souci, j'ai ma boite de pansement ! Une abeille ? Vite, vite, mon aspivenin ! Oh, et ne pas oublier mon mouche-bébé !

Ça s'est traduit par une intolérance à la saleté... Si mon enfant était sale, c'est forcément que j'avais fait un truc pas bien. Comme oublier de le laver juste après la compote par exemple... Alors je suis devenue une accro de la lingette! Le Grand Haricot (tout petit à l'époque), sentait toujours bon, était toujours parfaitement habillé. Pas la moindre crotte de nez, les menottes toutes proprettes...

Un peu plus tard, à l'âge du quatre pattes, j'ai développé une intolérance aux bobos. S'il se blessait c'était bien évidemment parce que je ne l'avais pas suffisamment surveillé. Je tremblais en le voyant s'accrocher à la table basse. Et je tremblais par anticipation en m'imaginant ses premiers pas.

Tout devait être PARFAIT, tu comprends ? Et puis, l'extérieur, ceux qui me regardaient être une (trop jeune) mère, me jugeait sans cesse. La critique était partout, vicieuse, tantôt cachée (et aussitôt découverte), tantôt ouverte...et ça faisait un peu mal. Un peu comme un grand coup de pied au cul, tu saisis lectrice unique ?

Il faut dire que la jeune mère qui t'écrit, ô ma lectrice unique, a toujours été un peu tête en l'air, je répète TOUJOURS :

- Nous partons en week-end, la valise est prête et tout y est. Tout y est. Sauf les chaussettes.
- Grand rendez-vous vaccin à la PMI, j'ai tout dans mon sac à langer, tu penses bien, je suis organisée moi ! J'ai juste oublié les vaccins. Un autre jour c'était le carnet de santé.
- Une pause câlin avec bébé l'après-midi... et je laisse passer l'heure du goûter.

Je n'ai jamais eu droit à "quelle tête en l'air", non, rien de tout ça... simplement "elle a oublié CA ? tu m'étonnes à son âge !".
Alors je faisais mieux, et encore mieux. J'ai acheté des posts-it, un nouveau portable avec alertes-bains programmées, alerte-bibs, alerte-promenade...
Un week-end prévu ? Je fais ma liste de bagages, le LUNDI, tu comprends, je pourrais oublier un truc... Et si j'oublie un truc QUE DIRONT LES GENS ? (merci à une éducation basée sur le regards des autres).

Mon salut est venu d'un généraliste, ou plutôt d'une généraliste. Une petite odeur de clope flottait dans son cabinet. Je lui ai emmené mon bébé par hasard, pour un problème de kiki et de décalottage. Parce qu'une mère PARFAITE se doit de poser ce genre de question.

En voyant mes ongles tout rongés et mes 2156 questions dont je notais les réponses sur un carnet, elle m'a pris le carnet des mains et m'a obligée à péter un coup à dédramatiser et me calmer. J'ai craqué un peu ce jour-là, j'ai pleuré douze litres.
Je ne me rappelle pas tous les mots qu'elle a prononcés. Juste qu'elle a été tout sauf douce et maternelle. Elle m'a secouée les puces. Elle m'a crié que, je cite, "oui t'es jeune, mais c'est TON gamin, personne n'a le droit de te dire quoi faire !".Elle m'a donné le droit d'oublier l'heure du goûter, d'avoir un bébé plein de confiture sur la bouille et avec les ongles des mains pas propres. "Un gamin crado est un gamin qui s'est éclaté !"J'ai aussi eu le droit d'oublier les chaussettes en week-end, de donner à mon bébé de l'eau de source au lieu d'eau minérale : "ils ont des actions chez Evian dans ta famille ? c'est quoi ces conneries, toutes les eaux sont bonnes ! impose-toi !".J'ai su qu'il n'y avait pas qu'une seule façon d'élever un enfant. Que des mères de trente, quarante ans pouvaient être tête en l'air aussi (ah bon ??), que parfois elles n'étaient pas sures d'elles et qu'elles pleuraient de fatigue elles aussi (ah bon ??). "J'ai un fils tu sais, une fois il est parti au ski sans bonnet... Bah ouais ! quand il est revenu, il ne m'a détestée pour autant !"
J'ai su que parfois, elles voudraient refiler leur marmot à quelqu'un, n'importe qui, histoire de dormir un peu... Que parfois, elles rêvaient d'un peu de solitude, ou de moments à deux (mais avec leur homme !). Et même, certaines ont rêvé comme moi de la tétine qui se remet toute seule dans la bouche du braillard bébé.
Et grande nouvelle : mon bébé ne chopait pas des rhinites parce que je ne le couvrais pas assez ! Ouf, j'étais rassurée.

J'avais le DROIT d'être une maman IMPARFAITE. On me l'avait donné ce droit. J'avais le droit de faire MES choix pour MON bébé.

Sans doute, si j'avais été plus âgée, plus sure de moi, j'aurais eu cette prise de conscience plus tôt... Mais parfois, certaines d'entre nous ont besoin d'un coup de pouce. Le mien est venu du Dr C. Je lui dis merci.


P.S : En aucun cas je ne fais l'éloge de la maternité précoce. J'ai eu la chance d'avoir une vraie jeunesse, même avec un bébé, de faire des études aussi. Ce n'est pas le cas de tout le monde. Même si j'ai un fils que j'adore, j'aurais adoré vivre ma première grossesse autrement.

P.S 2 : Cet article t'es spécialement dédicacée, toi la maman qui veut toujours bien faire, toujours trop bien faire. Pète souffle un coup, ça va aller. Et lâche prise.


Vous aimerez aussi...

24 commentaires


  1. C'est un très bel article. Merci.


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. Merci à toi de l'avoir lue. Tu sais, je commence à me documenter sur les "lapins" (il était temps, j'avais toujours pas percuté qu'il faisait de la BD), il faut des trucs vachement bien et très
      drôles ton phiip !



      Supprimer

  2. bel article. tout ça à cause de cette putain de pression sociale (parents, amis...) Ils sont là pour nous aider (les vrais, ceux que tu peux compter sur les doigts de la main) et y 'a ceux qui
    jugent ou qui font des petites remarques pas tout à fait anodines, tu vois le genre
    Autant toi tu avais 18 ans pour ton premier autant moi j'en ai 27 et on me n'arrête pas de me rabattre les oreilles avec un "vous, c'est pour quand parceque tu comprends t'as quand même acheter une
    maison". Non y'a pas de cause à effet direct, et si on avait acheté parcequ'on voulait plus grand pour nous D'ABORD et qu'on voulait lâcher des caisses sans qu'on s'empester l'un l'autre et
    s'engueuler sans que les voisins du dessus nous entendent ou encore faire la nouba jusque pas d'heure ! Mais ça ce n'est pas le schéma ! pas si simple


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. @ zazou : La pression...je la ressens parce qu'on me tanne de faire le deuxième, parce que tu comprends "ils vont avoir beaucoup d'écart quand même !". Bah oui je sais et je culpabilise déjà
      assez ! Et y'a le super : "fais gaffe, tu vas quand même avoir 28 ans...après 30 ans c'est plus dur !" pfffffffffffff !!!
      Je suis hyper jalouse de toi : je VEUX une maison, c'est mon rêve ! Tu as raison de te lancer, parce que je suis proprio d'un appart et je maudis mes voisins !



      Supprimer

  3. J'ai eu mon fils à 33 ans et,malgré tout,on te donne quand même des conseils à la noix !
    La puéricultrice qui est venue à la maison au bout d'un mois (c'est un service gratuit de la mairie ou j'habite à banlieue sur oise)m'a fait comprendre à demi mots que,vu ce que je faisais "subir"
    à mon fils, c'était une chance qu'il soit encore vivant !!
    pour info,voici ce qu'elle avait relevé :
    - pas de barrière de sécurité entre la cuisine et la salle
    - pas de bouton de sécurité sur les meubles ou il y a des détergents
    - des barreaux au lit (oui mais avec un tour de lit Madâme !!)
    - une table à langer en hauteur (bah oui, pour changer les couches, tu te casses pas le dos à chaque fois !!)
    ...je rapelle que mon fils avait 4 semaines lors de sa visite et que donc, il courait dans toute la maison en tripotant les prises comme chacun s'en doute...inutile de dire que je ne l'ai jamais
    rapellée pour la visite du 6eme mois !!


    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. @ leyley : complètement dingue ta puéricultrice !!! Surtout que ton fils était hyper jeune ! Moi j'ai jamais eu de barrière, ni de bouton de sécurité, je faisais attention c'est tout. Et les
      bouchons des détergents, je n'arrive même pas à les ouvrir moi ! Quant à la table à langer, j'avais une super table...en hauteur, qui se fixait sur le lit ! Et mon ptit homme va avoir 10 ans ! J'te
      jure, ce qu'il faut pas entendre... Estimons nous heureuse de ne pas avoir été dénoncée à la DDASS ;-)


      Supprimer

  4. Très touchant une fois de plus ton billet.
    Effectivement, il y a beaucoup de préjugés sur les mamans jeunes et les jeunes mamans en général.
    J'ai toujours maintenu que dans ce domaine viscéral, il se jouait des choses entre les femmes, comme une certaine compét'.
    J'ai l'impression que la pression est encore plus forte aujourd'hui par rapport à la maman parfaite, concept débile s'il en est.
    Tu parles d'être sûre de soi ; je pense effectivement que ça joue un grand rôle dans son rapport aux autres. Malheureusement les mamans quel que soit leur âge sont parfois démunies, plus faibles
    (par la fatigue et l'inexpérience)et on ne les laisse pas apprendre par elles-mêmes.
    Ah, les cons !


    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Il y a une compétition c'est sûr, dans tous les domaines : l'allaitement, l'alimentation, les bios ou pas bios...
      Et il faut dire aussi, en plus de la fatigue et de l'inexpérience, ces foutues hormones ne nous aident pas...


      Supprimer

  5. C'est un article émouvant et je félicite ce médecin qui t'a "autorisée" à vivre différemment ta maternité!


    RépondreSupprimer

  6. Mon commentaire ci-dessus est signé "La mère Joie" ?


    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Non, non, il est bien signé Cathnounourse ! Bienvenue à toi et merci pour tes commentaires !


      Supprimer

  7. "Un gamin crado est un gamin qui s'est éclaté !"

    Ouf ! On a eu chaud.
    Et heureusement qu'une maman de un peut plus de 30 ans peut être tête en l'air, hmmm*...
    (chouette article, sinon)

    __________________
    * le papa aussi, oui...


    RépondreSupprimer

  8. Salut Nanette,

    Maman à 29 ans (y a très longtemps), je voulais absolument allaiter sauf qu'il s'est avéré que je n'avais pas pas assez de lait...J'étais déçue car je croyais que nous les îliennes, on avait du
    lait même qu'on pouvait être la mère nourricière de tout le voisinage...
    Bon, le stress a dû y être pour qqch car je n'avais pas ma maman avec moi et ma belle doche était trop bien chez elle !!!


    RépondreSupprimer

  9. Coucou, c'est re-moi, en plein rattrapage de retard. Je voulais juste te dire que cet article m'a beaucoup émue et que tes mots sonnent tellement juste.


    RépondreSupprimer

  10. Bon ce coup-là c'est plutôt nanakipleure, BREF !
    Tu verras que pour ton prochain enfant tu auras encore des conseils. Des : " tu vas en faire un gâté -pourri- Toujours dans les bras ??? etc... "
    Je n'ai jamais vu personne mourrir parce qu'il a reçu de l'amour ! Du vrai !


    RépondreSupprimer

  11. Super témoignage, et comme c'est vrais tout ça, pourtant je te garantie que parfois on voit des femmes de 30 ans et plus te poser des questions débiles.A la mater je suis tombée des nues après
    avoir entendu 20 fois dans la même journée : "on a eu un mal fou à l'endormir cette nuit il n'arrête pas de se réveiller , c'est normal ????" EUHHHHHH et bien vous avez accouché hier oui c'est
    normal, (et ça le sera encore pendant plusieurs mois courage mouahahaha) OU, des femmes aillant eu plusieurs enfants, qui te demande de le laver et de bien expliquer parce que : "vous savez on
    oublie vite" (ouf heureusement que non ça fait une semaine que je bosse à la mater, j'avais pas lavé de bébé nouveau née depuis mon fils soit 5 ans et demi, et ce fut pourtant comme si c'était
    hier)
    A coté de ça , tu as des jeunes primipares qui se débrouille hyper bien, et qui force le respect, la seule différence elles n'ont pas forcément la même répartie.

    ;)


    RépondreSupprimer

  12. Je suis morte de rire j'ai l'impression que c'est moi qui écrit ... j'ai ressenti et vécu exactement les mêmes choses que toi sauf que j'avais tout juste 16 ans et que j'en ai maintenant presque 32
    o_o mais pour avoir vécu tout ça et "avoir ouvert ma grande bouche" je ne regrette absolument rien :D ma grande fille est bien élevée, fait des études et ne veut surtout pas faire comme sa maman ;)
    je te souhaite plein de bonheur ♥♥♥


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. Comme ça me fait plaisir de lire ça ! De savoir que d'autres ont connu le même parcours. Bravo pour ta grande fille, le mien est entré au collège ce matin !



      Supprimer

  13. Bonsoir,
    j'ai 40 piges
    4 enfants de 10 à 1 ans
    Merci à ton Dr.C, tu serais devenue une mère qui n'autorise pas non plus à son enfant de se tromper, tu vous aurais voulu parfaits tous les deux. à la place, maintenant, vous êtes simplement ....
    normaux quoi.
    Bonne continuation.


    RépondreSupprimer

  14. Merci de ce billet!
    Rhaaaa le regard des autres... Et surtout le regard qu'on porte sur soi en de demandant ce que les autres peuvent penser...
    Belle leçon! Il faudrait donner ton petit texte à lire à toutes les futures mamans, jeunes ou moins jeunes!!


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. C'était pas facile... mais j'y suis arrivée ;-)



      Supprimer
  15. J'ai eu ma premiere au même age que toi, et comme toi, je voulais etre parfaite! Plus informée que toute les edition du pernoud réunies, calme, attentive, appart tenu au cordau, balades
    hebdomadaires, toujours impec! Mais malgrès tout, les gens jugent. Petite anecdote : à la mater, le lendemain de la naissance de ma fille, la puer se radine pour "m'apprendre" à changer ma fille!
    J'ouvre la couche, déjà passablement agacée, et la, gros caca noir! La puér dit "ah, voila, donc ça c'est du..." et je la coupe "méconium, ce sont les premiere selles d bébé, la digestion du
    liquide avalé dans le ventre" Elle m'a regardé avec des yeux ronds, et j'ai rajouter (histoire de l'achevé) oui, j'ai 17 ans, mais ma fille est désirée, et je suis fière d'avoir ma fille jeune, je
    ne serais pas a la retraite quand elle ira à la fac!

    RépondreSupprimer

Newsletter