Mon boss, ce blaireau...

23 février



conflits.jpgHello lectrice de mon coeur ! Comment tu vas ? Moi pas terrible. Depuis quelques semaines je suis en guerre, la guer est déclarée quoi. Je te rassure, je ne pars pas en Afghanistan (je n'ai pas de passeport).
Je suis en guerre contre mon boss. Le Lapin métro...  Bah ouais, y'a des jours comme ça où je lâche des infos sur ma vie privée, des infos de haute importance, comme le nom du vieux con qui me pourrit l'essentiel de mes journées.

Il faut savoir que le Lapin Métro (aka mon boss, qui ressemble au lapin sur la porte des métros) n'a jamais trop fait attention à moi jusqu'ici, parce que je bossais avec Sabrina (c'est pas son vrai nom cette fois), consultante dont j'étais la junior, bien qu'on ai le même âge !
Le Lapin Métro (re-surnom affectueux) préférait déléguer et pendant un an il ne s'est pas trop inquiété de savoir ce que je foutais de mes journées.
Et puis Sabrina, lasse de réclamer un peu de cohérence dans notre travail et beaucoup d'évolution dans notre mission a préféré raccrocher les gants. Sinon je pense qu'à terme, le Lapin Métro s'en serait pris une dans la gueule.
Il se trouva fort dépourvu quand Sabrina  eut filé sa dém'. Moi aussi, j'ai chialé des litres et des litres. J'ai bu deux ou trois bouteilles de rosé (que ceux qui affirment que le rosé n'est pas du vin passent leur chemin !), et affublé le Lapin Métro de toutes sortes de noms d'oiseaux (morts les oiseaux). Donc notre chef de pôle était dans la merde, plus de pigeonne pour silloner la France en son nom.

Aaaaaah mais il y a Nanette, qu'il s'est dit. Pas très malin le Lapin, tu l'as bien compris. Car si Sabrina était presque trentenaire et sans enfant, Nanette, elle était presque trentenaire, avec enfant, avec projet d'en avoir un autre et profond désir de voir sa famille plus d'un soir par semaine.

Il tenta tout de même le coup :

Lapin, dans le brin : Asseyez-vous donc ma chère Nanette. Ça va ? J'imagine que vous savez que Sabrina nous quitte ?(Bien sûr gros blaireau, j'ai rédigé moi-même sa lettre de dém' ! Et depuis quand tu m'appelles ma chère ?)

Nanette, méfiante : Oui, ça m'attriste, mais c'est comme ça, il faut croire qu'elle a trouvé mieux ailleurs...

Lapin Métro : Non, c'est simplement qu'après deux ans, elle avait fait le tour... Justement, je sais que vous êtes très compétente, j'ai pu m'en rendre compte. Vous commencez à bien maîtriserla matière, et heu...vous rédigez vos rapports vous-même... Vos journées sont productives !

Nanette: Oui, c'est beaucoup dire, en réalité j'écris sur mon blog la plupart du temps je travaille beaucoup avec Sabrina, elle a quand même un droit de regard sur ce que je produis.
Lapin Métro : Oui, mais je vous sens prête pour plus de choses... Le poste de Sabrina, seriez-vous prête à le reprendre ? Vous avez les épaules !(Dis tout de suite que je suis gaulée comme un camionneur, salopard !)

Nanette : Sans doute, mais non. Je ne peux pas assumer 4 déplacements par semaine. C'est beaucoup trop. Si vous limitez mon champ d'action à l'Ile de France, ça peut être envisageable, mais...
Lapin Métro : Vous n'y pensez pas ! Je vous propose un changement poste pour poste, avec le salaire de Sabrina. Vous couvrirez toute la France.

Nanette: Dans ce cas je pense que je ne couvrirai rien du tout. Je préfère vous dire non. La hausse de salaire que vous me proposez ne couvrira même pas les frais de garde que ça va engendrer pour moi. Et dormir à l'hôtel toute la semaine, c'est non...

Lapin Métro : Tant pis pour vous, vous n'êtes pas ambitieuse du tout finalement... Vous ne pensez pas au bien-être du service, vous ne pensez qu'à vous en fait... Dans la vie, il faut faire des choix, vos gosses ne vont pas mourir parce que vous travaillez ! Je suis très déçu je ne vous le cache pas...
(Pas la peine, ça se voit à ta tête que tu es dégoûté...)

Nanette: Je n'en doute pas, mais si j'ai à choisir entre ma vie de famille et vous, mon choix est fait, je suis désolée...
En fait, je n'étais pas du tout désolée. Pour rien au monde, enfant ou pas, je n'aurais pris ce poste. Toute la semaine sur la route, ou dans le train, ce n'est pas pour moi.

Le résultat c'est que je n'ai pas eu de prime cette année. Après tout, si j'avais réellement besoin de thunes, je n'avais qu'à accepter ce foutu poste.
Le résultat c'est que nos rapports sont de plus en plus tendus. Je ne le supporte pas et lui non plus. Alors on s'échange des mails, tendus comme des strings les mails. J'ai aussi un peu... beaucoup de mal à supporter son autorité, qui a viré lentement à l'autoritarisme.
Et plus ça va, plus je viens à reculons... Mais pourquoi est-ce que je ne suis pas rentière ? Pourquoi ?

Il a finit par trouver un remplaçant, un homme. Il m'a balancé à mots couverts que les femmes étaient des nids à problèmes entre la maternité et la "popotte à la maison".

Très franchement, j'en ai un peu ras le cul du monde du travail en ce moment. Je ne supporte aucune remarque de qui que ce soit. Et à la maison, je traîne ce gros boulet et je deviens exécrable.

Je ne veux plus de patron ! C'est décidé, je monte ma boite !!! Heu... une boite de quoi ?

P.S : Je fais des rêves particulièrement jouissifs avec mon boss dedans... Dans ces rêves il y a des fourmis, du miel, un poteau de torture... Je crois que je vais consulter...

Vous aimerez aussi...

8 commentaires


  1. Tu montes une boite avec un couvercle, et tu y enfermes ce boss de malheur.

    (J'imagine seulement la discussion avec le banquier. "Et vous avez un prévisionnel, madame ?")


    RépondreSupprimer

  2. je vois qu'on a tous les mêmes chefs "blaireaux"...le mien ,il traine sur gleeden.com alors en plus, "c'est un enfoiré affectif" comme dirait ma copine Bridget Jones...d'ailleurs,mon boss est
    english comme le boss de Bridget !


    RépondreSupprimer

  3. Les femmes sont des nids à problèmes entre les gosses et la popotte à la maison ?
    Et bah je suis sur que la popotte, tu es bien content de la trouvé le soir abruti !!!! Et tu n'as qu'à travailler qu'avec des mecs enf....ré !!! Non mais !


    RépondreSupprimer

  4. Avec le recul, on se rend bien compte que c'est un lapin crétin sans cerveau et une petite b...


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. Je suis sure aussi qu'elle toute petite sa b*** héhéhé



      Supprimer
  5. Petite ou grosse...ça change quoi ? un con ça reste un con...
    Et bien qu'ils ne se reproduisent pas je trouve qu'ils sont légion !!!
    J'ai le même au boulot je vous rassure !
    Et moi aussi je commence à tout mettr en oeuvre pour monter ma boite (d'artisan) en province loin de tous ces guignoles là.

    Bon courage à vous

    RépondreSupprimer

Newsletter