10 ans déjà...(2)

12 mars



100_0531.jpg14h00La douleur me plie en deux. La dilatation s'est arrêtée, enfin c'est ce qu'on me dit. Une excuse pour me tripoter encore !
Le Dr Tarzan est revenu, il me dit que je suis formidable, que c'est incroyable que je ne me plaigne pas plus. Je lui avoue en pleurant que j'ai crié tout à l'heure et que je suis désolée. Ça le fait rire.

Je souffre le martyr mais j'ai refusé la péridurale. Je voulais "sentir". Ça y est je sens. Je sens même très bien.
On me met sous perfusion d'anti-douleurs. A l'heure où j'écris ces mots, j'attends encore les effets de cette foutue perf' !
J'ai très envie d'aller aux toilettes. Et pas pour faire pipi. Comment faire ? Je ne peux pas tenir debout. Alors je chuchote à la sage-femme mon envie de faire popo. Elle me dit que c'est juste une impression, que la ^tête du bébé appuie sur mon rectum. Elle veut m'expliquer ce qu'est le rectum. Je ne suis pas idiote, j'ai 16 de moyenne en bio ! Elle me parle comme si j'avais 4 ans et demi...
Je lui explique à mon tour que je connais mon corps, et que si personne ne fait rien, je vais me soulager sur la table !

Finalement, une gentille sage-femme, Virginie, m'apporte un linge humide et me dit tout doucement :
- "Cette envie d'aller aux toilettes, c'est le bébé qui descend... Ça veut dire qu'il va falloir pousser dans peu de temps. Il va falloir bien m'écouter, et rassembler toutes vos forces. Ça va aller"
Je répète des tonnes de "merci Madame". Je voudrais que Virginie reste avec moi tout le temps. Une contraction arrive et je lui agrippe le bras, elle pousse un cri. J'y suis allée un peu fort...
Le bébé s'épuise dans mon ventre et commence à souffrir un peu. On me met sous oxygène.
Ma mère a peur maintenant. Ce qui signifie qu'elle parle encore plus. Mon amie C*** est très zen : brumisateur, encouragements et bisous, elle est ma bienfaitrice.
Quant aux Grand Ex, je le vois debout dans le couloir, adossé à un collecteur de placenta. Il est grand et désemparé. Et je réalise que je vis ma grossesse de l'intérieur, ce bébé est une évidence pour moi. Mais pour lui ? Il a juste 17 ans...

15h00
Je frise l'hystérie tellement j'ai mal. Le bébé est très bas, on enlève la partie inférieure du lit. J'ai les fesses au bord et les mollets soutenus dans des étriers. On a débranché le monitoring, je n'entends le coeur du bébé.
On me dit de pousser. Alors je pousse...puis je relâche mon effort.
Virginie me dit que je suis un tube de dentifrice et quand je m'arrête de pousser...le bébé remonte.
C*** me tient la main, elle pleure beaucoup. Chaque fois que je pousse, elle pousse avec moi. Je lui dis que je n'en peux plus, que je n'y arriverai pas.
Mais elle serre ma main, fort, très fort. Il n'y a qu'elle au monde, elle et Virginie, la sage-femme. Je pousse, je pousse.
Le Dr Tarzan est là avec une pédiatre. Mon fils souffrait donc elle va le prendre en charge immédiatement. Quand à moi, ma tension a grimpé en flèche et je suis de plus en plus pâle.

15h15
Après une poussée, j'arrive enfin à reprendre mon souffle sans relâcher mon effort et d'un coup, on me dit de m'arrêter de pousser. Le bébé sort d'un coup. J'ai du mal à décrire cette sensation qu'une chose sort de moi.
On me le montre. Il est blanc et n'a pas de sang du tout.
Je pleure beaucoup, je suis heureuse, soulagée, je n'ai plus mal surtout. Le Grand, qui est encore si petit ne pleure pas. Il n'a pas poussé un seul cri. On le pose sur mon ventre et il me regarde, sa petite bouche est pincée comme s'il faisait un bisou. Il est magnifique. Collant, blanc un linge, la bouche rouge comme tout, le cheveu rare mais magnifique. Enfin...c'est ce que j'ai pensé sur le moment !

Comme il n'a pas crié, on me l'enlève très vite et je supplie ma mère et C*** de le suivre. J'ai peur qu'on l'échange contre un autre. Et si je ne le reconnaissais pas ?
Je suis seule avec Virginie et le Dr Tarzan. Je pose les mains sur mon ventre... Il n'y a plus rien...
Je réalise que j'ai les 4 fers en l'air, quelle position dégradante. J'ai un peu honte... Le Dr Tarzan m'annonce qu'il va falloir me recoudre. Petite déchirure naturelle. Je m'en fiche, on peut me faire tout ce qu'on veut, après une telle douleur, rien ne peut m'atteindre. Quand je vois l'aiguille je déchante.
On appuie un peu sur mon ventre pour faire sortir le placenta. Je te passe les détails du bruits que ça fait quand ça sort. Bon appétit.

15h35
Je voudrais voir mon bébé maintenant. Je l'ai entendu crier. Il revient dans une couveuse et je pleure de déception. Cette grande cage de verre va m'empêcher de l'embrasser, de le tenir.
Mais non, le Dr Tarzan le sort de là d'une seule main et le pose contre moi. Je vais pouvoir essayer de l'allaiter et l'avoir en peau à peau. Mais pas longtemps, il est trop froid, il faut absolument le réchauffer quelques heures.

J'ai enfin mon fils dans les bras... Il est chaud et doux. Il fait de petits bruits, tète un peu puis s'endort. J'ai 17 ans (et onze douzième !) et je suis maman.
Le Grand Ex ne veut pas le prendre, il semble hébété et perdu. Je le rassure en lui disant qu'il a tout son temps et surtout qu'il a le droit de ne pas vouloir être papa si jeune. Il pleure et m'embrasse sur le front. Il aime le prénom que j'ai choisi. Il promet de revenir (mais quand ?) et me laisse avec C***. Il redoute plus que tout l'arrivée de mon père.

Mon portable sonne... C'est mon père. Son gros accent antillais me donne les larmes aux yeux. Pas d'émotion, mais ce bon vieux ton bourru, qui m'a empêchée pendant 8 mois de lui dire la vérité.
- "Alors, qu'est-ce que tu as fait ?
- Un garçon, Papa.
- Comment il s'appelle ?
- M***
- Ah, c'est bien. Je suis content. J'arrive, attends-moi."
Je ne peux aller nulle part, j'ai l'entrejambe anesthésié !

18h00
Je peux enfin remonter dans ma chambre en fauteuil roulant. Mon fils me suit dans sa couveuse. Il est réveillé, il est beau. 
Ma sœur et son fiancé de l'époque sont arrivés. Elle est sidérée que M***, mon Grand soit si blanc et surtout sans cheveu ! Les bébés métisses ont d'habitude beaucoup de cheveux noirs et soyeux. Le peu de cheveux de M*** est blond !
On m'apporte un peu d'eau sale... C'est du bouillon. Bon appétit.
Ma mère repart chercher de quoi vraiment manger chez Mcdo. En 2000, la malbouffe existait déjà ! Et j'en avais envie, maintenant. Quand je repense à cette journée et à ma mère, j'ai envie de me rappeler de ce Big Mac.

Le bébé se réchauffe et peut enfin sortir et se faire beau pour moi. Mon père arrive et quand on me donne mon petit, je le mets dans ses bras. Il m'a soutenue pendant ce mois terrible.
Il a dû tout encaisser : une fille enceinte jusqu'aux yeux alors qu'il ignorait même que j'avais un petit ami, mon départ de chez ma mère, mon arrivée chez lui. Il a financé tous les achats pour le bébé en attendant que je puisse le rembourser.
L'image de mon père avec mon fils dans les bras...

21h00
Tout le monde est parti. Mon fils dort dans mes bras. Je me sens horriblement seule. Pourtant il y a dix minutes, j'aurais tout donné pour que cette chambre se vide. La présence de ma famille m'agaçait.
J'ai peur, je ne sais pas quel sera mon avenir. J'ai un enfant toute seule, je voudrais un câlin mais de qui ? Être prise dans les bras, mais par qui ?
Et puis M*** cherche mon sein, le trouve et la plénitude revient... Je peux sourire.


10 ans plus tard...- La crevette qui cherchait mon sein s'est endormi après une partie de Wii endiablée ! Il m'arrive au menton et je crois qu'il est à nouveau amoureux. Sa peau s'est colorée d'une jolie teinte caramel, et ses cheveux ont poussé et foncé !
Il aime Dragon Ball Z, Dinosaure King, la tartiflette et le Mcdo. C'est un vrai ptit mec. Mais il ne peut pas aller se coucher sans que je l'ai bordé...

- C*** est en couple après bien des errances amoureuses. Elle est la maman d'un petit R*** de 3 ans. Le jour de son accouchement je n'étais pas là... Mais nous sommes restés au téléphone 4 heures pendant ses premières contractions. Parfois nous restons plusieurs semaines sans nous appeler, à cause de nos jobs, de nos vies. Mais aucune de nous deux n'en veut à l'autre, on s'appelle et on débrief !

- Le Grand Ex a appris à être papa. Ça a été très difficile pour lui. Il n'a pas pu porter son fils pendant trois mois, il avait peur. Un an après sa naissance il l'a reconnu et il porte désormais nos deux noms.
Il a pu avoir, comme moi, une vraie jeunesse. De nombreuses divergences d'opinion nous ont opposées.  J'ai mis des années à faire mon deuil de notre amour de jeunesse... Et puis il a épousé une de mes amies. Alors le deuil est venu très vite.
Il est à nouveau papa d'une petite fille d'un an. C'est un bon père, parfois laxiste, mais lui et le Grand ne se voit qu'un week-end sur deux.

- Et moi je vais avoir 28 ans le 21 avril prochain. Quand je me relis, j'ai les chocottes d'accoucher à nouveau.
Je me marie dans 6 mois, je suis amoureuse et ma famille recomposée me comble. Ou me rend folle, ça dépend des jours...

Vous aimerez aussi...

11 commentaires


  1. Je me répète mais je suis TROP émue de lire ça ! C'est si bien raconté, c'est beau...


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. Ca m'a presque étonnée de m'en rappeler si bien... Je me rappelle tout, les odeurs, le temps qu'il faisait, ce que j'ai ressenti. Y'a aussi eu du mauvais hein... Mais bon, 10 ans après, je me
      demande comment j'ai réussi à faire un beau ptit gars comme ça !



      Supprimer

  2. Oui c'est une journée inoubliable... J'espère partager la prochaine avec toi. :)


    RépondreSupprimer

  3. Un bon Anniversaire à ton Grand Haricot... un peu retard !

    Très émouvant ton témoignage !
    Du coup, cela m'a fait remonter le temps 15 mois en arrière... sauf que j'avais opté pour la péri déambulatoire, ce qui m'a permis de marcher un peu quand j'en avais marre de rester allongée, enfin
    c'est surtout que cela faisait 3h que je stagnais à 3-4cm et que je commençais à trouver le temps long !
    En même temps, on te stoppe la péri pour pouvoir se dégourdir les jambes et lorsque les contractions reviennent (environ 30mn après), bah je les ai bien senties passer !
    Comme toi, j'ai un tout petit peu (mais vraiment un tout petit peu ;-)) crier avant que l'on ne me réinjecte une dose !
    Il n'empêche que je suis passée à 8cm en moins de 45mn !! Donc, ok j'ai douillé, mais pour la bonne cause finalement !

    C'est drôle ce que tu dis dans le paragraphe "18h00" au sujet des bébés métisses !! Effectivement, lorsque mon fils est né il avait les cheveux tellement noir, fin et raides qu'on aurait cru un
    chinois et non pas un métisse Antillais ! Ca m'a donc fait sourire de lire la réaction de ta soeur !

    Pour conclure mon com, je sens que toi et ton papa vous êtes vraiment très proche et je trouve ça très beau.


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. On est proches mon père et moi c'est vrai. Il y a une sorte de pudeur entre nous, qui n'existait pas quand j'étais enfant. Ca a failli mal se passer quand on a vécu ensemble parce qu'il avait du
      mal à voir une maman et une femme dans sa petite fille...
      Heureusement, le fait de prendre mon indépendance nous a rapproché à nouveau !



      Supprimer

  4. Je viens de lire tes 3 derniers articles d'un coup.
    Ben non, c'est pas cucul du tout. C'est très beau, très émouvant et incroyablement restitué !
    Quant à une future différence d'âge entre tes enfants, n'aie crainte : ils vivront autre chose mais ce n'est pas pour ça qu'ils ne seront pas complices. ;-)


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. Merci...D'autant que je sais que tu sais de quoi tu parles. Et ça se passe plutôt bien entre la Fraulein et Monsieur Grognard ;-)
      J'te laisse, j'vais m'enfourner des sushis ! miam !



      Supprimer

  5. Ohlala j'en ai encore la chair de poule ! Chapeau bien bas, quel courage, quelle maturité, a même pas 18 ans. Et quel amour :)
    J'angoissais aussi pour l'accouchement du 2ème et elle est passée comme papa dans maman, en moins de 2 heures elle etait la. C'est souvent plus rapide pour le 2ème. Et pis, j'ai accouché sans
    péridurale 2 fois mais je ne m'etais pas completement fermée à l'idée, selon le déroulement de l'accouchement. Et imagine ta rencontre avec Elle et la présentation de Lui à Elle.


    RépondreSupprimer
  6. C'est beau .....j'aime ton blog !!

    RépondreSupprimer
  7. je suis tes aventures depuis hier, tomber dessus par hasard j'ai tout repris depuis le debut et me voila a cet épisode, un épisode plein d'émotion qui m'a mis la larme a l'oeil.
    comme toi je suis tombée enceinte tot ( moins que toi) avec une situation tres compliquée, le pere étant pas pres et moi ayant peur du regard des autres et de notre avenir, nous (plus lui !) avons
    decider de ne pas le garder, aujourd'hui je paye tres cher cet acte,tout les ans 2 fois dans l'année meme, en repensant à "si je l'avais garder ..." et vendredi, on m'a appris que peut etre bien
    j'aller etre puni par cet acte que je regret tant, puisqu'a parement l'une de mes trompes ne fonctionnerait plus du a cet acte
    bref tout ca pour te dire que franchement tu as été très courageuse, bien plus que moi, et que j'admire la décision que tu as prise et je suis sur que tu as été une meilleure mere que bien d'autre
    qui auront eu leur premier enfant a 30 ans, parce qu'apres tout, un premier enfant, que tu es 17 ans ( et 11/12eme ), 25 ans, 30 ans ou plus ca reste un premier enfant et tout l'apprentissage est
    la !!
    je vais continuer a suivre tes aventures mais j'avoue je suis en retard de quelques années ...

    RépondreSupprimer

Newsletter