L'histoire de Papounet (2)

13 avril

 
Papounet ne sut rien des amours de sa fille. Sa "tite" fille comme il aimait l'appeler. Pour une fois, ce fut sa mère qui fut sa complice à défaut d'être sa mère.
 
Quand elle se sut enceinte, Nanette ne dit rien à personne. A un mois du terme, Papounet fut mis au courant de manière fortuite par son ex-femme qui avait tout découvert.
Il ne sut pas comment réagir. L'idée même que sa fille puisse concevoir un enfant était impensable. Qu'elle devienne maman, bien sûr mais comment ?
 
Il cria beaucoup. Contre Nanette, contre sa mère. Il but coup sur coup 3 verres de rhum.
Dans son désarroi, il se rendit tout de même compte que son ex-femme ne ferait rien, si ce n'est culpabiliser leur fille déjà bien mal dans sa peau. Qu'avait-il bien pu se passer dans sa tête pour qu'elle réussisse et surtout pour qu'elle ai l'idée de se cacher si longtemps ?
Il réalisa qu'il avait inspiré de l'amour, mais aussi de la crainte chez sa fille. Au point qu'elle ne s'était jamais confié à lui. Trop de pudeur. Trop de peur.
 
Il écouta sa femme évoquer un départ de la future maman vers la Guadeloupe. Il ne fallait surtout pas qu'on la voit, La honte serait bien trop grande. Il fallait que le moins de gens possible soit au courant. Quant à l'enfant... chez une tante, et élevée par elle, comme tous les "accidents".
Cette enfant, enceinte maintenant, créait beaucoup trop d'ennuis !
 
Papounet ne sut pas quoi faire. Il se confia à la femme qui partageait sa vie. Elle lui dit quelque chose qui le fit réagir immédiatement : "envoie ta fille dans un foyer pour jeune mère". Elle voulut créer une réaction chez lui... qui ne se fit pas attendre.
Il appela TOUTE sa famille, là-bas, dans la lointaine Guadeloupe. Il leur annonça qu'il allait être grand-père, que ça n'était pas prévu, pas prévu du tout mais que c'était comme ça.
Quand il raccrocha, il dit à sa fille, en bougonnant, comme toujours que la honte c'était pour les autres, pas pour elle.
 
Quelques jours plus tard, il l'emmena tout acheter pour ce bébé qui serait bientôt là. Il resta avec elle quand elle dut rester couchée.
Un après-midi de mars, il devint grand-père... Il garda sa fille et son petit-fils avec lui jusqu'à ce qu'ils puissent vivre seuls. Il permit ainsi à sa fille de faire des études. Les études qu'il n'avait pas pu faire.
Quand Nanette dut se faire opérer, il vint la voir chaque jour et l'aida chez elle ensuite.
Quand Nanette rencontra à nouveau l'amour et fut à nouveau déçue, il essuya ses larmes sans la juger. Bientôt l'amour viendrait, il en était sûr...
 
9 ans et demi plus tard, Nanny sa fille aînée le fit grand-père pour la seconde fois. Il était papa-poule, il se découvrit grand-père gâteau.
Lui qui n'avait eu que des filles, il avait maintenant deux petits-fils.
 
 
 
Aujourd'hui, Papounet est un grand-papounet. Il reste bourru et l'âge avançant ne le rend pas plus aimable ! Il vieillit, ce qui nous fait peur à ma sœur et à moi. Il est passé par un infarctus et fait un peu de diabète.
Je crois qu'on devient encore plus vite des femmes (pas trop, je reste une grande gamine moi !) en le regardant.
Je peux dire aujourd'hui qu'il m'a tout donné. Il a aimé le Grand comme un fils, il l'a accueilli à bras ouvert quand ma mère m'avait fermé sa porte.
On parle trop peu de l'instinct paternel. Il l'a lui, mon papa. Il pourrait se couper un bras pour nous, voire les deux.
 
Je ne peux pas terminer ce billet souvenir sans te parler de son côté obscur au Papounet... ce serait trop dommage !
 
Le côté obscur de Papounet
 
- Un jour, Papounet a laissé sa fille Nanette se soulager dans les herbes hautes en Guadeloupe. En bon père de famille, il arracha une feuille pour l'essuyer. L'une des plus urticantes de l'île. Pour des raison évidentes, nous ne développerons pas cet épisode.
 
- Papounet ne sait pas parler, il aboie. Même quand il n'est pas énervé, on dirait qu'il l'est.
 
- Papounet s'émerveille tous les jours de la TNT, ces 20 chaînes non-payantes. N'oublions pas que Papounet reste radin.
 
- Papounet ne dit pas "stylo", il dit "pointe Bic". Papounet ne dit pas France 2 mais Antenne 2. Papounet ne dit pas un enjoliver mais un "bol à roue" enfin... à woue.
Papounet mélange à foison français et créole et parfois ça donne de curieux mots !
 
- Papounet fait la bouffe comme personne. il sait faire : le boudin, le colombo, le court-bouillon de poisson, les queues de cochon (sii ça s'mange !), le gratin de christophine, le blaff de poisson, les accras, les dombré... et j'en passe.
Papounet est dans l'incapacité physique de cuisiner "français" : il ne sait pas faire la blanquette, ni la tartiflette, ni aucun plat de France continentale.
 
- Papounet a une Laguna. Dans cette Laguna il y a : une fausse queue de raton laveur qui pendouille au rétroviseur intérieur, un chapelet, un Saint-Christophe, un nounours à ventouse collé au pare-brise. A l'arrière, un vieux plaid. Partout dans la voiture : des désodorisants... Papounet a toujours eu des voitures kitschissimes.


Jamais tu ne liras ces pages... Tu as du mal à bien savoir ce qu'est exactement internet. J'en suis contente, je ne crois pas que tu aimerais.
Ces lignes sont pour toi, parce que cette façon d'écrire, je la dois à tous les livres que tu as bien voulu m'acheter.
Merci.

Vous aimerez aussi...

25 commentaires


  1. Bon, ben je pleure .... Je reviens plus tard ;-)


    RépondreSupprimer

  2. trop bien !
    en te lisant je pensais a mon papounet a moi qui comme le tien a toujours été la !
    bravo pour ces quelques lignes, elles m'ont beaucoup touché !


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. Je ne connaissais pas ton blog, je le découvre... Emouvante cette envie de bébé...bienvenue au club ;-)



      Supprimer

  3. J'ai adoré.
    Notamment la pointe bic, le bol à woues, et l'amour qu'on sent que tu lui portes. Et qui est réciproque.
    Bravo pour ce texte !


    RépondreSupprimer

  4. Ton dernier paragraphe m'avait achevée !! .....
    Bon, ben tu lui feras une grosse bise de ma part, à ton Papounet, même s'il ne comprend pas trop pourquoi !


    RépondreSupprimer

  5. Très bel hommage ! on parle souvent des mères et pas des pères. Le mien est venu avec mamam métamorphoser mon jardin. C'est sa façon à lui de s'investir et de faire plaisir. parce qu'avec les mots,
    il sait pas le faire...


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. Tout pareil zazou... Avant, quand on était petites, il avait de la facilité à nous parler, maintenant, il montre mais ne dit rien...



      Supprimer

  6. Je crois aussi que ton mariage,ton envie d'enfant fait revenir aussi plein de souvenirs et remue pas mal d'émotions. Le blog est un bon défouloir et tu prends de la bouteille, ça fait plaisir à
    lire... Au fait, j'ai mariage samedi, j'hésite à mettre un sans bretelle mais danser sans soutien, ça me fait peur !je fais quand même jeter un coup d'oeil au wonderbra.


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. "Tu prends de la bouteille"... quel beau compliment zazou !


      Tu as raison, ça fait remonter plein de chose ce cap à passer...


      Essaie le Strapless tu ne seras pas déçue ! Je te jure, tu as beau sauter, il reste en place !



      Supprimer

  7. Vwaiment bel hommage à Papounet.
    Moi je me suis occupée de t'en faire un petit sur mon blog, j'ai pas pu résister. Tu ne m'en voudras pas ???


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. Je ne t'en veux pas du tout... Je suis flattée comme tout ! Si je n'avais pas le teint aussi hâlé ;-) je rougirais !



      Supprimer

  8. Tain v'la que je chiale .Nanette ton hommage à Papounet est émouvant et drôle.
    Heu pour le dossier look de Papounet au mariage y a du taff !!


    RépondreSupprimer

  9. J'aime ta façon de faire le portrait de ton Papounet mais dommage pas de détails de la feuile urticante ;)


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. Rien que d'en parler, je me gratte encore !



      Supprimer

  10. Moi, ça m'a donné faim (je suis un ventre ambulant, c'est le côté obscur). Je me mangerais bien un petit boudin et des accras. Mais pourquoi as-tu mis ça dans le côté obscur justement ?


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. M'en parle pas, j'ai trop la dalle aussi... En plus j'ai du boudin au congèle...


      C'est vrai, la cuisine, c'est pas le côté obscur, c'est plutôt l'état de la pièce après le passage de mon père...et mon état de nerf après le ménage !



      Supprimer
  11. Réponses


    1. Tu me tues as de trêfle... Tu veux que je me mette à me pisser dessus au taf ?


      Ah je m'en remets pas ! Pour info, Tiewy c'est mon beau-pèwe, le pèwe de Nanou ;-)



      Supprimer

  12. As de trèsfle a été plus rapide que moi !
    je pensais à Piewe et tiewy...
    Twès touchant ton hommage à ton pèwe...j'en pleuwewai pwesque !


    RépondreSupprimer

  13. C'est très touchant... et je trouve qu'il a beaucoup de mérite car il est issu d'une génération où les mentalités étaient très tranchées et le "qu'en dira-t-on" tenait une place très
    importante.
    Je ne sais pas si mon père (qui a soufflé ses 70 bougies en février) aurait réagit de la même façon que le tien face à l'annonce d'une grossesse précoce.

    De même, mon papa est tellement "huître" que ses sentiments, il les garde pour lui. Seuls ses agissements laissent entendre son amour pour ses enfants (il s'occupe de mon jardin comme personne
    !)

    En tout cas, j'ai trouvé ton témoignage très émouvant !

    Yzah

    Ps : si je veux partir dans un fou rire, je demande à mon mari de prononcer le mot "miroir"... et ça marche à tous les coups ! ;-) oui je sais c'est pas bien de se moquer !

    Ps 2 : il m'est également arrivé de faire semblant de comprendre le fort accent de ma belle-mère car trop gênant (pour moi) de la faire répéter plusieurs fois


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. Aaaaah Yzah, j'avais oublié que tu étais en ménage avec un ptit accras ;-)



      Supprimer

  14. trop fort, trop bon! j'en ai les larmes aux yeux, quelle chance tu as d'avoir ce Papounet!


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. Oh non Sabine... Je ne connais pas encore ton blog... Je vais devoir aller y faire un tour... Et je bosse quand moi ?



      Supprimer

  15. Très émouvant cet article, j'aime beaucoup.
    Une phrase qui m'a marquée : "la honte c'était pour les autres, pas pour elle"...


    RépondreSupprimer

Newsletter