Noël dans mon île

21 décembre

piedsToute cette neige me donne envie de chaleur... Pas vous ? Juste envie de me replonger dans des souvenirs ensoleillés...
 
Descendre de l'avion à l'aéroport du Raizet et sentir cette nappe de chaleur nous tomber dessus... Se débarrasser illico de nos gilets. Au placard pendant deux semaines les gilets ! Chercher la mer des yeux. La voilà...
 
Faire la tournée des cousins et des oncles en attendant qu'un seule chose : La revoir enfin. Faire l'hypocrite du haut de mes 10 ans en répondant "oui, oui" à chaque question stupide posée : contente d'être là ? il fait chaud hein ? plus chaud qu'en métropole ? alors c'est les vacances ?
Écouter Papounet raconter à quel point nous sommes sages...
 
Prendre la route qui mène à Deshaies sur l'unique "autoroute" de l'île. Revoir les paysages familiers. Tiens, tonton Michel a terminé sa maison !
Penser à elle et à la petite larme qu'elle aura en nous revoyant. Respirer à fond par la vitre ouverte, ça sent le soleil et les vacances. Et dehors, le jour baisse et on commence à entendre les grenouilles et les criquets (que j'ai longtemps prises pour des cigales !). Nous irons à la mer en décembre...
 
LA voir enfin qui nous attend à la porte de sa maison : Grand-Mère, notre grand-mère à nous. Mettre nos bras autour d'elle, la sentir nous tâter les bras pour "voir si on a grossi". Elle nous trouve maigres, comme d'habitude, elle va nous remplumer ! Respirer son odeur : un mélange de soleil, d'eau de Cologne et d'huile carapate...
 
Le lendemain matin, avaler en grimaçant la "purge" qu'Elle nous donne. Attendre patiemment d'avoir fait notre crotte avant de pouvoir prendre le ptit dèj. Détester ce rituel de la purge sensé nous "nettoyer" pour rendre notre corps apte à une nouvelle alimentation.
 
Écouter Grand-Mère nous distribuer nos tâches et râler parce que les cousins n'ont rien à faire !
Nanny, ma frangine, se chargera du boudin avec Grand-Mère, parce qu'elle est plus grande.
Moi, je malaxerai à la main la farce des crabes et préparerai la pâte à accras (la morue dessale depuis deux jours).
Papounet tuera Porcinet (que nous avons connu bébé l'été précédent) avec ses frères, videra les crabes.
Puis Nanny et moi préparerons les desserts et mettrons en bouteilles les planteurs qui marinent depuis plusieurs jours dans des cuves de bois.
 
Le 24 au matin, s'apprêter pour aller au "Chanté Nouel" à l'église avec Grand-Mère. La regarder comme si elle avait vingt ans alors qu'elle en a 80. Mais dieu qu'elle est belle en robe madras traditionnelle (sous sa robe colorée, un jupon blanc en broderie anglaise), avec ses grosses créoles aux oreilles. Supplier qu'elle me laisse porter ses boucles d'oreilles en or en forme de grappe de raisin (j'en ai hérité). Recevoir notre dose réglementaire de crème Nivéa et d'eau de Cologne. Se regarder toutes les trois et se trouver belles...
 
A l'église, chanter les chants religieux traditionnels antillais sur la Nativité : "Joseph mon cher fidèle - cherchons un logement - le temps presse et m'appelle à mon accouchement...". Regarder la crèche géante devant l'autel.
Voir Grand-Mère fière de ses petites-filles de métropole, les filles de son dernier fils...
Se hâter de rentrer faire la popote. Ce soir c'est "Nouel".
 
Farcir les crabes de mes mains. Apprécier l'odeur de l'oignon-pays sur mes mains. Manger du crabe cru en cachette.
Regarder écœurée Nanny remplir la "peau" du boudin (du boyau en vérité !) de son contenu sanguinolent (j'ai appris deux ans plus tard). Finalement, je m'en sors bien avec mes crabes. Avoir peur de l'huile chaude qui va cuire les accras.
 
Pleurer un peu parce que Porcinet est mort en hurlant comme un goret (c'en est un en même temps). Se laisser consoler par Grand-Mère qui nous rappelle le goût excellent du jambon de Noël de l'an dernier et nous fait un récit à sa sauce de la chaîne alimentaire.
Regarder Porcinet tourner autour de sa broche, au-dessus du feu, farci d'épices et dégageant un fumet délicat...
 
Allumer la musique pour mettre un peu d'ambiance. Prendre encore une douche (il fait plus de 28°C) pour se rafraîchir et se débarrasser des odeurs de cuisson. Accueillir les cousins de Pointe-Noire, Sainte-Rose, Saint-Claude...
Regarder en salivant les cadeaux sous le mini-sapin de plastique. Imaginer la Barbie Parfum de Rêve, le poupon Nenuco qui fait pipi pour de vrai...
 
Regarder les grands prendre un "décollage" : ti punch (rhum blanc, sucre de canne, citron vert) ou "sec" (rhum tout court et cul sec). Du schrub pour les dames (rhum à l'écorce d'orange marinée, sucré et pas trop fort). On a le droit de tremper notre doigts...slurp.
 
Passer à table enfin... L'entrée d'abord : boudin antillais, accras de morue, "ouassous" (sorte de gambas), crabe farci...
Danser pour "faire descendre" comme dit Grand-Mère...
Se rasseoir pour passer aux plats... Porcinet, enfin descendu de sa broche, découpé par Papounet et ses frères ou du boeuf pour ceux qui préfèrent. Des patates douces, des fruits à pains (qui poussent dans les arbres et se mangent comme des pommes de terre) et des bananes-légumes pour accompagner. Le tout arrosé de sauce savamment épicée... A table, les grands boivent du vin, plus prisé que le rhum (et meilleur en mangeant !), mais plus cher aussi.
 
Danser encore... "Nouel" et "Jou'd'lan" se passent toujours en dansant. Ruser pour ne pas danser avec tonton Michel qui sent la transpiration et qui a (encore) abusé du punch. Sinon, c'est pinçage de joue assuré.
 
A minuit, pouvoir enfin ouvrir les cadeaux. Crier de joie devant Barbie Parfum de Rêve. Chercher le jeu "Dessinons la mode" et découvrir qu'on ne l'a pas eu, dommage ! Regarder Grand-Mère ouvrir ses cadeaux en disant qu'elle n'en voulait pas, que Noël c'est pour les enfants... La regarder encore mettre son châle tout neuf qu'elle portera pendant "l'hivernage" (janvier-février), quand il fait frais le soir. Frais ça veut dire 24°C...!!
 
Boire du champagne avec le dessert, tremper un boudoir dedans et aspirer. Aider Grand-Mère à servir le dessert : sorbet coco maison, gâteau accompagné de chaudeau (un genre de crème anglaise, mais plus épaisse, plus parfumée avec cannelle, muscade, rhum, qui se boit à la tasse et bien chaud).
 
Danser encore. Et voir Grand-Mère se lever quand on passe une biguine : toute seule, au milieu de tout le monde, mains sur les hanches. 80 ans passés et une souplesse rare quand elle danse. De la majesté dans ses mouvements, mais je ne connaîtrai ce mot que bien plus tard.
 
Faire les timides quand elle nous invite à la rejoindre pour nous apprendre à danser ces danses traditionnelles. Accepter enfin. Se sentir maladroites face à elle, mais prendre de l'assurance en ignorant les autres.
 
Comprendre, des années plus tard, que les accras, le boudin, les crabes farcis, la biguine, la mazurka, le cadrille, c'était un peu d'elle qu'elle nous apprenait. Qu'elle nous transmettait.
Notre héritage.

Vous aimerez aussi...

37 commentaires


  1. J' aime beaucoup ton recit, on s' y croirait, et puis le poupon nenucco ça me rappelle plein de souvenirs a moi aussi


    RépondreSupprimer

  2. J'espère faire Nouel la bas l'année prochaine, j'adore la Guadeloupe; j'en suis tomber amoureuse il y a 2ans. Plus qu'une envie partir y vivre!!!! Ses paysages magnifiques, Pointe noire et Deshaies
    que j'affectionne Beaucoup mais surtout une Ile magnifique Marie Galante avec ses habitants tous plus gentils les uns que les autres!!!! Ah ma Nanette j'aime ton Île!!!!!


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. Aaaah Marie-Galante ! C'est resté bien plus "sauvage" que la Guadeloupe, les sites sont bien mieux préservés, j'adore y aller !



      Supprimer

  3. Quel plaisir d'être la première, pour lire un si beau billet!!!


    RépondreSupprimer

  4. C'est un très beau texte... tout plein d'amour pour ta grand-mère!
    Et dire que mon frère en Guadeloupe nous envie toute cette neige et ne rêve que d'un Noêl dans le froid! ;)


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. Ma soeur qui y vit depuis 2002 a souvent envie d'un peu de fraîcheur aussi parfois !



      Supprimer

  5. Mmmm... les crabes farcis et les accras ! Bises.


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. Une tuerie les crabes farcis, sans me vanter !!!



      Supprimer

  6. Nanette, t'es trop forte pour me tirer ma larme!!!! ce sont de tres beaux souvenirs! Merci de nous les faire partager!


    RépondreSupprimer

  7. roh bah voilà tu me fais pleurer. vive les hormones.
    Une magnifique grand mère que tu avais là (dans tous les sens du terme)


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. Elle était super ma grand-mère, toujours dans le don de soi pendant 94 ans...



      Supprimer

  8. Pas d'hormones ici, mais des larmes quand même ...
    Il est beau ton "Nouel" au soleil ;-)


    RépondreSupprimer

  9. Papounet a de qui tenir...
    Ton Nouel au soleil me fait du bien !
    (je chialle comme une nouille)


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. Un peu de chaleur dans toute cette neige...



      Supprimer

  10. ah ben ça faisait longtemps que tu m'avais pas faite chialer, tiens...


    RépondreSupprimer

  11. Moi aussi j'adore la guadeloupe, nous y sommes allés 2 fois en novembre-décembre.


    RépondreSupprimer

  12. Rhôooo que ça fait envie. Merci d'ouvrir ta malle à souvenirs pour nous. Promis, un jour, j'irai, et je t'enverrai un clin d'oeil de là-bas ! Des bises emmitoufflées.


    RépondreSupprimer

  13. un petit tag pour toi http://0z.fr/IqF-y bises


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. Ah chouette ! j'y réponds dès demain !!!



      Supprimer

  14. C'est marrant mais je pense que j'aurai du mal à me croire à Noël sous le soleil ;)
    Joli billet en tout cas :)


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. Je comprends, ça nous faisait bizarre qu'il n'y ai pas de gros sapin et finalement pas beaucoup de déco. Et être en débardeur, chaussures ouvertes... Un Noël complètement décalé !



      Supprimer

  15. ce billet donne trop l'envie de partir.... déjà que c'est un de mes rêves... ceci dit, comme miss brownie, pour moi, noêl, c'est "on se les gèle" ;-)


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. C'est clair que ça fait bizarre d'aller à la plage avant de manger la dinde! Mais on s'y fait et le retour est difficile ;-)



      Supprimer

  16. Pinaize tu me fais pleurer nanette... Ils sont beaux tes souvenirs d'enfance, elle est belle ta grand-mère... Elle m'a rappelé la mienne ; elle était comme ça aussi, elle m'a transmis bcp de
    choses, comme on les transmet aux enfants sans qu'ils se rendent compte que c'est ce qui fera d'eux des adultes avec des valeurs, plus tard...
    Je me suis toujours dit que je voudrais que mes futurs petits enfants se souviennent de moi comme je me souviens d'Elle...


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. J'ai parfois l'impression que les mamies d'antan ça n'existe plus :-( (sauf ta maman !!!)



      Supprimer

  17. Très beau texte, mon mari étant guadeloupéen, je retrouve dans tes mots les souvenirs de son enfance. Ahhhh Noël au soleil... le bonheur.


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. Oui, le bonheur, ça me manque quand je vous toute cette neige !



      Supprimer

  18. C'est tellement important une grand-mère pour apprendre "la vie" à ses petits-enfants
    Merci pour ce moment de(en)famille


    RépondreSupprimer

  19. C'est tellement important une grand-mère qui apprend "la vie" à ses petits-enfants !
    Merci pour ce moment en famille


    RépondreSupprimer

  20. magnifique! merci pour cette jolie histoire de nouel.


    RépondreSupprimer

  21. chouettes souvenirs :-)
    j'en ai l'eau à la bouche :-)


    RépondreSupprimer

  22. Touchée ! Une fois de plus... La nostalgique que je suis est à chaque fois émue aux larmes en te lisant mais toujours en souriant. C'est doux et c'est chaud (comme deux bras protecteurs...). Merci.


    RépondreSupprimer

  23. ouha, comment ne pas être touchée par ton récit ! c'est dingue, on le vit ! un instant j'ai senti la chaleur de ces beaux moments !! merci pour ce voyage magnifique et émouvant !


    RépondreSupprimer

Newsletter