Une naissance, un décès...

09 mars

C'est bizarre parce que j'en parlais dans mon billet sur les coutumes liées à la naissance...
 
Quelques jours avant la naissance du Grand, mon père a perdu l'un de ses meilleurs amis. Autant dire un presque-tonton tant mon père l'avait en haute estime et tant nous squattions son salon les samedis après-midi.
Mon père me l'a caché, à cause de cette naissance imminente, de tout le stress qui l'a précédé et aussi parce que du haut de mes 18 ans, j'étais peut-être enceinte, mais je restais son bébé. Avec le recul, je crois qu'il a eu raison. Maman depuis quelques jours, anémiée et hypertendue, la nouvelle de ce décès m'a profondément affectée.
 
Pendant cette grossesse, j'ai eu peur de la mauvaise nouvelle, parce que je sais que "une naissance, un décès", ça se vérifie quasiment à chaque fois. Nous avons craint, mon mari et moi, pour sa grand-mère, une femme admirable qui l'a quasiment élevé. Une femme de cœur, à qui je dois tout de même d'avoir hérité d'un amoureux de 24 ans à l'époque qui ne savait rien faire de ses 10 doigts dans une maison (sauf le bricolage bien-sûr !) et qui je pense avait une vision très "macho" de la vie de couple.
Nous la sentions fatiguée de vivre Mamy G, toujours si essoufflée... A l'annonce de l'arrivée du bébé, les premiers mois, elle me répétait : "J'espère que je le connaîtrai...", ce à quoi je répondais par la plaisanterie. Elle qui craignait cet hiver tellement long, est toujours avec nous et tellement impatiente de voir sa première arrière-petite-fille (qui aura son prénom pour deuxième prénom) que j'en suis émue à chaque fois. Monsieur a la chance de la voir tous les jours et pas un jour ne passe sans qu'elle prenne de mes nouvelles ou ne donne un ou deux conseils à mon mari pour prendre soin de moi ou soulager mes maux de dos. Nanette fait un peu d'hyper-tension ? Prête-lui donc mon tensiomètre, ça lui évitera d'en louer un ! Qu'elle surélève bien ses jambes si ses pieds son enflés... ah c'est bientôt qu'elle sera là la petite quand j'y pense !
Elle ne pourra pas venir me voir à la maternité, mais nous passerons la voir avant même de rentrer chez nous...
 
 
Et puis samedi matin, coup de téléphone de mon père. A sa voix, je sens déjà que quelque chose ne va pas. Notre cousin Émile est décédé en Guadeloupe, des suites d'une maladie.
Un autre presque-tonton. Cousin Emile et ses pulls Lacoste à col en V, et cette petite odeur de crème Nivéa (la boîte bleue en métal). Toujours élégant et impeccablement habillé, quand il souriait on voyait sa dent en or et ça me fascinait à l'époque... Cousin Émile et ses visites du dimanche, avec toujours à la main une boîte de gâteaux de la boulangerie. Je ne peux pas manger un mille-feuilles sans penser à lui. Cousin Émile et ses étrennes de Noël (chouette, on va pouvoir s'acheter des vêtements de Barbie !). Un billet de 50 francs, toujours neuf et plié en quatre, qu'il posait au creux de notre main en refermant bien notre poing dessus. Chaque fois, il nous fallait des mois pour dépenser notre trésor tant ce billet tout neuf était beau. Vingt ans plus tard, il m'adressait dans une enveloppes, des sous pour mon mariage : des billets en euros... tout neufs.
Que de souvenirs, tous datant de l'enfance... J'ai pleuré au téléphone avec ma sœur, bouleversée par cette nouvelle, elle aussi. Et pourtant, il y a si longtemps qu'on ne l'avait pas vu... Nous étions ses "petites" préférées, il a toujours pensé à nous : pour l'obtention de notre bac, du permis de conduire, de nos diplômes, la naissance du Haricot, du fils de ma sœur... Une petite carte pour mon mariage, ses félicitations à l'annonce de ma grossesse.
Nous avons prié pour lui, pleuré encore et puis on a rigolé. Rigolé à ce fameux été 96, celui où Papounet avait confié sa Renault 19 chérie à son cher Émile avec promesse de "la faire rouler" de temps en temps. La pauvre bagnole n'a pas quitté le garage pendant nos deux mois de vacances. A l'arrivée, plus de batterie, obligation d'en acheter une à peine sortis de l'avion. Grosse embrouille entre Papounet et le cousin Émile. Embrouille à l'antillaise avec gros éclats de voix mais ti punch et rigolade à l'arrivée.
 
C'est difficile de mettre des mots sur ce que ce décès réveille en moi. La peur de perdre mon père, pas beaucoup plus jeune qu'Emile, la conscience brutale que nous ne sommes pas grand chose, les souvenirs d'une enfance heureuse tout de même malgré les blessures, la peine que je ressens pour les 6 enfants d'Emile, mes cousins, les larmes que j'ai perçues dans la voix de mon père. Je ne sais pas.
 
A fleur de peau et toujours plus fatiguée en cette fin de grossesse, cette mort me bouleverse. Alors depuis samedi, je me tourne toujours plus vers la vie. Je plie et déplie les petits vêtements de ma toute petite, je regarde ma famille et j'essaie d'en profiter...
Je regarde mon grand garçon qui aura 11 ans samedi. Toujours plus grand, il a le profil de notre famille, le même que notre cousin Émile.

Vous aimerez aussi...

18 commentaires


  1. Je pense sincèrement et très fort à toi ma Nanette.
    J'ai le coeur serré à en ressentir de la douleur de te lire.
    Je t'envoie plein de bisous.


    RépondreSupprimer

  2. Une naissance, un décès...j'en ai fait les frais...des personnes très proches...
    Mon fils avait 4 mois quand la maman de mon mari est morte...
    Et là, enceinte de bb2, j'ai perdu mon papa peu après noël (j'étais alors enceinte de 20 semaines)
    Et ces 2 décès ont seulement 10 mois d'écart...En un an : un accouchement, une annonce de grossesse, 2 décès...2 de nos parents...
    Ca donne envie d'en "rester là" et de ne pas faire d'autres enfants...

    Tu parles de ton cousin Emile avec beaucoup d'amour et de tendresse, soit sûre qu'il veillera sur tes enfants de là-haut ! Ils veillent tous sur nous :)


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. Comme ça a dû être difficile pour vous... Mais comme tu le dis, j'aime moi aussi penser qu'ils veillent sur nous...



      Supprimer

  3. Plein de pensées pour vous ! Des bises.


    RépondreSupprimer

  4. Je pense bien à toi, Nanette... bises


    RépondreSupprimer

  5. l'année dernière, quasiment en congés mater, j'ai entendu beaucoup de décès autour de moi,je me demandais ce qu'il allait m'arriver, et puis le jour J, j'y ai repensé, le sort nous avait epargner,
    la peur au ventre de voir ma grand mère partir, alors qu'elle est en bonne santé, je bénis je ne sais pas qui de me la laisser encore un peu, pour qu'elle puisse voir grandir son arrière petite
    fille le plus longtemps possible, et te souhaite la même chose!!!!


    RépondreSupprimer
  6. Poulette Dodue9 mars 2011 à 15:32


    Un bien bel hommage à Emile, qui sous ta plume restera avec vous.
    Plein de pensées et des gros bisous (avec double ration pour Papounet+ smiley coeur )


    RépondreSupprimer

  7. Toutes mes condoléances.
    Mes plus sincères pensées t'accompagnent...
    Se tourner vers la vie, le futur, c'est une bonne chose, en effet! :-)


    RépondreSupprimer

  8. Une grosse pensée pour toi ma belle, c'est vrai qu'on en parlait y'a pas si longtemps...
    Préserve toi, maintenant faut mettre au monde ce petit bout de choux ^^


    RépondreSupprimer

  9. ça fait un moment que je ne laisse pas de commentaires, mais je te lis toujours avec beaucoup de joie, mais aujourd'hui, j'aurais préféré ne pas lire de billet...
    Je pense fort à toi, nous sommes tous sensibles face à la mort, elle nous touche forcément, que ce soit quelqu'un que l'on connait ou non.
    Lire la tristesse de quelqu'un, lire ta tristesse me touche beaucoup, et j'aimerais trouver des mots de réconfort mais rien ne me vient vraiment.
    Je pense fort à toi et mes pensées t'accompagnent.
    Courage.


    RépondreSupprimer

  10. Bon courage pour affronter cette épreuve ...
    J'avais jamais fait le rapprochement, je ne connaissais pas cette croyance "une naissance-un décés", mis je réalise que ça c'est produit aussi pour moi ... Bises et vive l'amour et les légumes !!!


    RépondreSupprimer

  11. Plein de calins et de courage Nanette...
    Bisous,je pense fort à toi...


    RépondreSupprimer

  12. Malheureusement cette règle se vérifie trop souvent.
    Je t'envoie plein de courage Nanette ! Et dis-toi que c'est un peu d'Emile qui sera dans ta fille :)


    RépondreSupprimer

  13. Le souvenirque tu gardes de lui est très touchant Nanette. Tendres pensées pour toi...


    RépondreSupprimer

  14. oh je suis désolée ! c'est malheureusement tellement fréquent, moi aussi ça s'est vérifié...
    c'est normal que ça te chamboule, les hormones en plus ça n'aide pas. on porte la vie, a remue bcp de choses.
    garde le moral ma belle, et concentre toi sur la petite merveille que tu vas pondre !!!;))


    RépondreSupprimer

  15. Toutes mes condoléances


    RépondreSupprimer

Newsletter