Mercredi 6 avril : une visite de routine...

13 avril

Merci pour tous vos commentaires, ça fait un bien fou de vous lire ce matin. Je profite d'un répit (joli tableau de ma fille dormant sur son père), pour me remettre à bloguer. Ça me manque ! J'essaie de vous répondre au fur et à mesure, mais ça ne va pas être facile. Je vous le raconterai plus tard, mais la demoiselle demande beaucoup d'attention et de câlin avant de sombrer dans le sommeil...
Alors, comment elle est arrivée ma Fève ? Ça commence par une avant-dernière visite de terme...
 
Mercredi 6 avril.
Je blogue un énième article d'impatience. Nous revoyons le Dr Turc aujourd'hui. Je suppose qu'il va me proposer un décollement des membranes. Rendez-vous donc à 13h40, je prends ma 106, Monsieur me rejoindra là-bas.
Avant de partir, je tente de cacher la misère par un coup de blush. Mon visage est bouffi, plus qu'hier. Mes mains, mes pieds aussi, j'ai du mal à les bouger. Le terme approche, ça se sent !
Monsieur m'envoie un SMS : "tu prends les valises ou pas ?". Non, je ne les prends pas. Je me suis résignée à la laisser arriver quand elle veut ma chipie. Et je sais qu'elle nous mènera à terme et que j'irai à ce fameux dernier rendez-vous du 14 avril. 
 
13h40
Il fait une chaleur de dingue dans la salle d'attente de l'hôpital. J'ai un mal de tête terrible, je manque de me trouver mal en faisant mon pipi dans le godet (un truc qui ne me manquera pas, la visée urinaire dans un godet de 3 cm de diamètre !).
Monsieur est en retard, Madame Nanette est donc en pétard.
 
14h00
Le Dr Turc sort de sa pièce et me dit qu'il sera en retard pour cause de césa en urgence. Tant mieux, j'attends mon mari. Il revient sur ses pas et me demande si je veux m'étendre, j'ai l'air complètement à plat.
Ah bon ? Ça va pourtant, à part que ma tête est dans un étau et qu'il fait chaud sous cette saleté de toit en verre !
 
14h30
Monsieur arrive. Je me blottis contre lui, je suis morte de fatigue, de chaleur... Une grande lassitude s'est installée d'un coup.
 
14h40
Le Dr Turc revient. Purée, c'est court une césa ! Il nous prend à 15h00. Je le gronde gentiment :
- C'est quand que j'accouche hein ? On est au taquet depuis le 23 mars nous ! Vous nous avez fait languir !!
- C'est pour demain ! Je suis de garde ! Ah ah ah !
Avec du recul, je peux dire qu'il m'a regardée bizarrement dès le début. Il me l'a confirmé le lendemain.
 
15h15
Examen du col. Ouvert à 2. "Pas suffisant pour vous garder, mais considérez-vous en travail, sauf que c'est lent. !"
Monsieur devient tout rouge. Bientôt, bientôt... En attendant, on essaie de voir le visage de notre fille sur l'échographe. La pauvre, son studio-kitchenette (avec chiottes à l'intérieur) devient trop petit.
Prise de tension : 15/9. C'est pas bon, pas bon du tout. Le Dt Turc propose d'attendre un peu avant de la reprendre, parce que c'est sans doute dû à l'attente, la chaleur... Je suis sceptique et un peu inquiète, de toute évidence, il est un peu tendu. Je repasse sur la balance, mes pieds son énormes...
Re-prise de tension : 16/8. C'est vraiment pas bon.
 
- Si ça continue, on va vous garder Madame Nanette. Je n'aime vraiment pas ça...
... ... ... ... ... 16/8 ! Vous restez avec nous ! Monsieur, vous irez chercher ses affaires. Une minute, j'appelle la sage-femme... Sophie, je t'envoie Madame Nanette et son mari, ils montent avec leur dossier. Je veux la totale (hein ??), dinamap (= prise de tension régulière et monito), repos complet. Traitement si ça ne va pas mieux. Je remonte la voir à la fin des consult'.
 
15h25
Monsieur me regarde, il a peur, mais il est serein. Il prend ma main sans rien dire. J'ai envie de pleurer. J'essaie de me rappeler les risques de l'hyper tension. Je sais que ce n'est pas bon pour le bébé.
On est un peu sur le cul. On s'était préparé à mon charcutage sur fond de décollement de membranes et me voilà kidnappée par les forces de l'ordre santé !
 
15h45-18h00
Maternité deuxième étage, celui des grossesses patho et des césariennes. On entend aucun cri de bébé...
Chambre 290 "fenêtre". Retour au rez-de-chaussée, attente aux admissions, formalités télévision;
Retour en chambre. On me branche le fameux Dinamap : brassard à tension relié à une machine qui va prendre ma tension toutes les dix minutes, puis toutes les cinq minutes et le monito. Le cœur de la Boubou bat à tout rompre, on dirait une cavalcade de chevaux. J'adore ce bruit. Elle va bien. ELLE VA BIEN. J'aime moins quand le brassard se gonfle, ça serre trop.
On constate que je contracte régulièrement, toutes les 15 minutes, toujours sans douleur.
Monsieur demande à voir le médecin avant de partir chercher le Grand. On le rassure il s'en va.
 
18h40
Une copineest de passage à l'hôpital. La vie lui sourit, nous l'avons appris il y a deux mois : elle est enceinte et tout va bien. Elle veut me rassurer. Le Dr Turc est vraiment, vraiment le top chef des médecins !
 
19h00
Mon fils arrive avec Monsieur, qui est chargé des valises. Il me raconte par le menu, l'anniversaire de sa copine. A quel point elle a aimé son cadeau. Le fait qu'il ne lui ai toujours pas "dit" (trop peur d'être rejeté... si elle fait ça, je lui tire les couettes !).
Il me rappelle une conversation qu'on a eu tous les trois. Lui et Monsieur étaient sûrs que notre petite arriverait le 7... Doucement, nous sommes encore le 6 !
Il se colle à moi, les larmes aux yeux. Il ne comprend pas trop pourquoi je suis là si je ne suis pas en train d'accoucher. Ça me bouleverse, je suis gonflée et gonflée d'amour aussi. La sage-femme revient et me demande de me calmer, de me détendre...
Facile à dire, je suis inquiète pour elle et pour eux. Que vont-ils manger ? On devait faire les courses... Et vendredi, c'est le pique-nique du Grand... J'exagère, Monsieur est tout fait capable d'assurer sans moi... Mais il faut bien que je stresse sur autre chose que sur ce bruit de galop, sur ces courbes qui s'arrêtent si je bougent trop.
 
Et surtout, surtout, sur ces chiffres inquiétants qui ne cessent de monter : 15/9... 16/8... 17/8...
 
21h00
Je suis toute seule maintenant. On m'a fait une prise de sang, recueilli les urines. Débranché et rebranché le monito. Je dois prendre une gélule pour la tension. Pourvu que ça ne fasse rien au bébé...
On me surélève les jambes et on me réexamine... Le Dr Turc passe dans ma chambre. On fait le bilan : ma tension est trop haute, et il a l'intuition que le médicament n'y changera rien. Notre chance, c'est que ça arrive presque à terme. Pour certaines femmes, il faut faire maturer les poumons et sortir les bébés à 6, 7 mois...
Nous nous mettons d'accord, parce qu'il sait que je tiens à un accouchement naturel : si ma tension ne baisse pas ("je veux du 12/7 sinon rien !"), on me placera un "propess". Un tampon qui fera maturer et/ou dilater le col, donc potentiellement accélèrera le travail qui semble désespérément long. Or, la Fève n'a pas de temps à perdre...
 
 
Une nuit sans fin
Je ne dors quasiment pas cette nuit-là. Le tensiomètre fait un boucan d'enfer et se met à biper dès que ma tension dépasse 17... J'appelle Monsieur, j'ai peur, peur pour ma fille. Lui est très zen : elle est prête, elle est à terme -8 jours. Tout va bien se passer. En vrai, il gamberge, mais là tout de suite, j'ai besoin de lui. Ma force tranquille...
Un gentil médecin africain vient me rassurer et me dire qu'il faut que je dorme. Demain, je mettrai sans doute ma fille au monde, j'aurai besoin de forces. Il me donne deux atarax. Je dis non, je connais ce truc, on m'en a donné quand j'ai été opérée, ça va me shooter donc shooter mon bébé. Il insiste et je suis tellement fatiguée que je les prends... Et je dors, je dors même à peu près bien malgré la chaleur.
 
Je le remercie aujourd'hui. Il m'en a fallu des forces pour le lendemain...
 
 
La suite bientôt. Je sais qu'il y a moultes détails, mais c'est encore frais dans ma tête et je prendrai plaisir à lire ces lignes dans le futur...
 
NB : Je ne l'ai pas précisé, mais cet après-midi et la soirée ont bien sûr été ponctués de SMS à nos familles, aux Follasses. Et un SMS pour notre fille, pour lui dire de s'accrocher. On a survécu à la MAP, on allait quand même pas s'laisser emmerder par de l'hypertension !
 
Photo : le dinamap. Bip Bip Bip Bip !!!
 

Vous aimerez aussi...

27 commentaires


  1. Ohhh, le Dynatruc ... mon cauchemar .... Après la naissance de P'tit Mec N°4, j'avais le bras tout bleu tellement ça sert fort !


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. C'est affreux ce truc, dès que je m'endormais, ça recommençait !



      Supprimer

  2. Waouh ta tension était sacrément haute :-/
    Pas bon du tout... La soeur d'une copine a eu des complications à son accouchement à cause de ça...


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. Pendant l'accouchement, on a eu très peur, heureusement que c'était rapide...


      Ma tension est toujours élevée, je vais être suivie pour ça.



      Supprimer

  3. C'est magnifiquement raconté! J4attend la suite avec impatience! :)


    RépondreSupprimer

  4. Ton billet est comme un bon bouquin.. tu me fais languir.. Vivement la suite et encore félicitations.


    RépondreSupprimer

  5. Vivement la suite, tu nous tiens en haleine :) Tu as raison d'écrire tant que c'est frais, c'est toujours sympa à relire par la suite :)


    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. J'ai pris beaucoup de note pendant mon hospi, je voulais me rappeler de tout...



      Supprimer

  6. Je trouve toujours bouleversant les récits d'accouchements, ça me fait monter les larmes aux yeux...
    merci de ce partage


    RépondreSupprimer

  7. C'est trop beau, vite la suite!!!!


    RépondreSupprimer

  8. j'adore ta façon d'écrire !!! il me tarde de lire la suite !
    bisous et reposes toi bien


    RépondreSupprimer

  9. moi j'adore quand il y a plein de détails...


    RépondreSupprimer

  10. Heureusement que l'on connait la fin de l'histoire...
    Félicitations!


    RépondreSupprimer

  11. Rhooo, comme tu as du flipper sur le moment. J'en ai les larmes aux yeux en imaginant ton inquiétude. Je déteste le bruit de ce machin, ça me rappelle des moments bof.

    Heureusement que la fin est belle :-)


    RépondreSupprimer

  12. Ah Nanette, je ne sais pas quoi te dire à part que comme d'hab', tu me donnes des frissons et que comme d'hab' j'admire bcp ton côté littéraire. Tu trouves toujours le bon moyen pour raconter les
    choses. Bref, t'as du style =)
    Et bienvenue à la nouvelle de ta famille.


    RépondreSupprimer

  13. Ben elle t'aura fait tourné en bourrique ta Fève !!!
    Je comprends ton inquiétude ! c'était mon obsession aussi, la tension !
    Mais on sait que la fin est heureuse, alors, vite vite, la suite (dit-elle alors qu'elle aussi doit pondre son deuxième billet !)
    ;-)
    Bisous


    RépondreSupprimer

  14. oh punaise, je suis accrochée à ton récit, il me faut la suite !!!!!!!!!
    heureusement qu'on sait que tout va bien, pcq ça fait flipper !! j'imagine l'angoisse que tu as du ressentir !


    RépondreSupprimer

  15. VVVVVViiiiiiiiiiiiite la suite !!!!!!!!
    J'ai les larmes aux yeux à te lire, je revis ces moments et du coup je regrette vraiment de pas avoir pris le temps d'écrire tous les détails de mes accouchements ...


    RépondreSupprimer

  16. Joli récit d"un bien bau moment de votre vie...


    RépondreSupprimer

  17. Rho ouais, ce truc c'est un instrument de torture x_X
    mais tu as de la chance, tu étais bien conseillée, et surtout bien écoutée, c'est important...

    Pour Nico, j'ai passé toute la nuit entre les contractions et le bruit du monito ^^' que du bonheur... et le travail s'est déclenché vers 5h30 réellement, j'te laisse deviner comment j'étais
    claquée ^^'


    RépondreSupprimer

  18. Bonsoir Nanette,

    Toutes mes félicitations et bienvenue à La Fève.

    Ton article est si touchant que j'ai du mal à trouver les mots alors je reprendrai la belle formule que j'ai lue récemment ailleurs (j'ai oublié la source, pardon):

    Je suis entrée ici en m'essuyant poliment les pieds sur le paillasson et je repars en m'essuyant les yeux.

    Vivement la suite!

    PS: la naissance de mon fils a aussi été précédée d'un long rencard en tête-à-bras avec cette machine infernale, rencard qui s'est terminé en césa (à 36 semaines :-/)


    RépondreSupprimer

  19. C'est fou comme le récit d'une inconnue peut être émouvant parfois! On va mettre ça sur le compte des hormones! J'ai hâte de savoir la suite!


    RépondreSupprimer

  20. allez, je file lire la suite


    RépondreSupprimer

  21. Plein de bisous a vous 4 et bienvenue a ta fille! ( je suis en retard, parce que, évidemment, j'étais en vacances... Je vais vérifier les autres blogs, je suis sûre que tout le monde a accouché
    avec ma chance, même celles qui ne sont pas enceintes... )


    RépondreSupprimer

Newsletter