La vérité si je mens : la dépression

03 mai

Bon, bon, bon. On va pas tourner autour du pot 150 ans, hein ? Un jour ou l'autre il faut bien se lancer, se foutre à poil et dire la vérité parce qu'ici j'ai toujours tout dit.

En février, j'ai appris une très mauvaise nouvelle qui m'a plongée au fond du trou le plus profond des trous du monde (c'est beau ce que je dis).

Pendant des semaines, avec mes petites mains, j'ai essayé de remonter, toute seule, un peu aussi avec mes amis. Mais j'ai pas réussi.
J'ai délaissé un peu le blog parce que je n'avais rien à dire, ou alors que des trucs tristes. Et puis j'avais peur d'être jugée, pas envie de m'expliquer etc.
J'ai continué à écrire de temps en temps et à publier des conneries sur ma page et mon compte facebook parce que je suis comme ça. J'ai besoin d'afficher une façade drôle.
Je ne sortais de chez moi que le mardi. Ouvrir la porte, mettre un pied dehors me demandait (et me demande toujours) un vrai effort. Mais je ne peux pas garder ma toute petite enfermée, alors je me bouge, au moins une heure par jour.

Je suis allée voir mon Dr Barbu, généraliste de son état qui m'a vivement conseillé de prendre des cours de grimpette pour sortir de ce foutu gouffre.
Pendant 10 jours, j'ai eu l'impression de tomber encore plus profond et pus les cours de grimpette ont fait leur effet. J'ai recommencé à dormir, à faire mes nuits, comme un bébé. J'ai arrêté de pleurer, de m'énerver pour rien, d'avoir des idées noires.
Le cerveau est un organe. Quand il est malade, il faut le soigner et parfois, le milleperthuis ne suffit pas.

J'ai fermé les commentaires de ce billet, parce que je sais que vous me direz plein de choses gentilles qui me feront pleurer d'émotion. Enfin j'espère hein !

Donc voilà. Vous saurez tout comme ça.

Mon fils part vivre chez son père l'année prochaine.
Et je suis en dépression.

Mais quand même ça va mieux.

Vous aimerez aussi...

0 commentaires

Newsletter