Renaissance

23 décembre

Ainsi se termine ma deuxième semaine de boulot, presque trois ans jour pour jour après mon départ en congé mat'. Drôle de coïncidence.

Deux semaines seulement et pourtant les changements sont bien là :

* Je suis contente (mais fatiguée) quand je me lève le matin, bien à l'avance pour me préparer.

* J'apprécie (pour l'instant) tous les jours, même les plus froids, d'être SEULE pour lire, dans les transports (oui, oui, c'est bien moi qui détestais ça).

* Je déteste toujours autant l'odeur du métro, l'odeur des gens dans le métro. Je considère donc qu'NKM est une fêlée.

1425PX-1.PNG

* Certains muscles de mon corps ne sont pas décédés, contrairement à ce que je croyais. Ainsi, mes fessiers, mes cuisses et mes mollets ont repris vie au bout de 4 jours. Les trois premiers, ils sont tombés dans un coma profond dû au trajet du matin et du soir qui mène de chez moi à la gare et vice versa. Avec une "côte de batard" comme dirait l'autre.
Des fesses molles peuvent redevenir dures (CLBDMG - private joke), sachez-le.

* Je n'ai pas oublié tous les mots de trois syllabes que je connaissais. La première semaine, j'ai dit au moins trois fois "complètement" (le mot qu'on dit quand on n'a rien à dire "ah mais COMPLETEMENT !", j'ai dit deux fois "c'est systématique" (jouissif) et deux fois aussi "pilotage de projet" (genre). C'était trop bien.

* Je n'ai pas oublié ce vocabulaire propre à l'entreprise (avec dedans, le champ lexical de la photocopieuse : toner, encre, laser, chargement par le haut, BOURRAGE PAPIER, ramette, putain d'imprimante de merde, fais chier putain...etc...etc). Je parle RTT, CP souvent avec mes collègues (alors que bon hein, j'y ai pas droit because of CDD) et j'ai des tickets resto (orgasme - j'adore les tickets resto).

* J'ai fait connaissance avec les geek de ma boîte. Mais je n'en dirai pas plus tellement ils méritent leur billet pour eux tous seuls ♥.

* Je n'ai pas ouvert Facebook plus de 10 minutes par jour depuis deux semaines.

* Je n'ai pas écrit ici depuis au moins autant de temps.

* J'ai perdu le sourire complètement niais genre "youpi je rebosse" que j'affichais la première semaine. Désormais, j'arbore mon sourire "je suis belle, je suis professionnelle mais je suis trop serrée dans mon pantalon et j'ai un trou dans la semelle de ma botte".

* Je suis chez moi à 19h45 trois jours par semaine, 18h45 les deux autres. Mais on gère. Je me stresse moins. Je n'ai toujours pas cédé à la sirène des plats cuisinés (parce que bon, c'est quand même dégueu). Des fois les gosses ont petit-déjeuné le soir. Bon concept franchement.

* Je ne pleure plus dans le train en pensant à ma poupette qu'on balade de chez mon père à chez sa marraine en attendant de trouver une meilleure solution. Ça me fait toujours souffrir mais j'ai remarqué que mon nez coule quand je pleure. Et bien souvent, je n'ai pas de mouchoir alors bon.
Et puis je n'ai plus peur d'être une mauvaise maman parce que je la vois moins. Je la vois moins oui, mais c'est une maman moins grognon, moins frustrée, moins déprimée qu'elle retrouve le soir.

* Et le changement le plus ouf (hormis mes fesses tout de même, il faudrait que je vous poste une photo), le plus ouf de chez ouf : J'AIME TRAVAILLER A PARIS. PA-RIS. (et ça, c'est TROP bizarre).

Vous aimerez aussi...

0 commentaires

Newsletter